corps humain - ostheopathie

L’évolution de l’ostéopathie en France

L’ostéopathie est apparue dans l’hexagone dans les années 60, mais elle devra attendre 2002 pour être reconnue par l’État comme profession à part entière. D’abord réservée aux médecins, elle fera l’objet de nombreuses controverses. Des procès pour exercice illégal de la médecine ont été intentés à plusieurs reprises contre des personnes ayant bénéficié d’une formation dans des centres de formation privés, alors non reconnus par l’État à ce moment, en 1988, ce qui fut le début des années noires pour les ostéopathes, étant régulièrement mis au tribunal par l’Ordre des Médecins.

Un diplôme est enfin reconnu en 2002, et certains établissements de formation seront agréés par la suite à travers la publication de différents articles et décrets émis par le Ministère de la Santé.

Une formation sans cesse en évolution

Depuis 2007, le Ministère de la Santé, publie régulièrement des décrets et des articles d’application pour réglementer la formation d’ostéopathe.

Toutefois, et malgré les félicitations du ROF (Registre des Ostéopathes de France), le Conseil d’Etat est saisi la même année par ce dernier pour faire sanctionner la façon dont le Ministère de la Santé applique ces décrets. En effet, entre 2007 et 2009, le Ministère de la Santé agréera une dizaine d’établissements de formation, mais en dépit de tout soucis de sécurité pour les bénéficiaires de soins ostéopathiques. L’Assemblée Nationale inclura dans la loi Hôpital-Patients-Santé-Territoires de 2009 des articles renforçant l’encadrement des études, et le contrôle des établissements de formation pour en garantir le sérieux.

osteopathe

Réformes de la délivrance des agréments de 2012 à 2015

À la veille de la présidentielle de 2012, l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) voit son rapport rendu public. Il propose 18 recommandations parmi lesquelles pas moins de 14 étant relatives à la formation, dont 4 relatives aux contenus pédagogiques et 10 relatives aux agréments des écoles.

Le 14 décembre 2014, à l’aboutissement de 18 mois de travaux par le Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes, et après une attente fébrile des professionnel(le)s, 1 décret et 2 arrêtés relatifs à la formation des ostéopathes sont publiés, faisant de la France le pays de l’Union Européenne exigeant le niveau le plus élevé pour pratiquer l’ostéopathie.

Désormais, 4860 heures de formation sont demandées post-bac dans une école agrée par l’État, pour prétendre à une installation en tant qu’ostéopathe. Ces heures sont réparties sur 5 cycles (5 années d’études) dans divers domaines tels que la pratique de l’ostéopathie, le droit, la méthodologie de recherche, la psychologie ou encore la sociologie.

 

Auteur de l’article : Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *