L’ordinateur quantique, bénéfique ou néfaste ?

L’ordinateur quantique possède une rapidité inouïe. En une seconde, il serait capable d’effectuer le même nombre de calculs qu’un ordinateur classique en 10.000 ans. Ce produit, d’une valeur de 15 millions de dollars, est la machine préférée de tout informaticien. Des grands noms, tels que la Nasa, Amazon ou Google ont déjà le leur.

Utilité de l’ordinateur quantique : quelques exemples

L’ordinateur quantique serait capable de déplacer des satellites en cas d’éruption solaire ou de gérer à distance des voitures indépendantes sans chauffeur. Ses capacités permettraient le pilotage automatique d’un avion de chasse et de lui fournir un verrouillage optimal de sa cible. Dans une grande ville, l’utilisation d’un ordinateur quantique serait bénéfique pour la gestion d’un réseau embrouillé d’autobus, des embouteillages, du timing des conducteurs… Cet appareil surprenant aurait la capacité de fabriquer des molécules complexes bénéfiques aux recherches scientifiques médicales.

Une puissance, jusque-là, inégalée

Si l’ordinateur classique prenait le bit pour mesure, le modèle quantique a choisi le qubit. Cette incroyable machine permet d’explorer les big data (des bases de données gargantuesques). Il est également efficace pour déchiffrer tout type de code et effectuer tout type de calculs. Sa conception représente un grand danger pour la cryptographie (confidentialité, authenticité, protection et intégrité des messages). C’est pour quoi, le modèle d’ordinateur d’IBM ne fournit qu’une puissance de 5 qubits au public acquéreur, destiné seulement à résoudre de simples problèmes mathématiques.

Des rumeurs sur l’efficacité de l’ordinateur quantique D-Wave

Des scientifiques affirment que les ordinateurs quantiques actuels n’égaliseraient pas avec l’ordinateur universel, qui rassemble des milliers de qubits. Le modèle D-Wave, identique à celui de Google, n’excelle pas en termes de vitesse ni de puissance dans les calculs. Il faut environ 1000 qubits pour dépasser les performances des bits. Jusqu’à maintenant, personne n’a réussi concrètement à réaliser cette prouesse technologique.

Auteur de l’article : Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *