La textonite, quand les Smartphones attaquent nos doigts !

Vous faites partie de ceux qui envoient plus d’une centaine de textos par jour sur votre Smartphone ? Vous êtes continuellement accroché à votre téléphone pour battre votre record personnel à un jeu ? Sachez que cela n’est pas sans risque. Vous pouvez entre autres contracter la « textonite ».

 

Qu’est-ce que la textonite ?

 

La textonite, aussi appelée « tendinite du au texto », est une inflammation localisée au poignet, et surtout au niveau des pouces. Elle résulte des mouvements des doigts répétés, continuels et inconfortables. L’animation de vos pouces ne convient pas toujours à leur physiologie et anatomie naturelles. En d’autres termes, la manipulation est un peu « forcée », notamment quand vous êtes dans une position inappropriée afin de le cacher à vos profs ou vos chefs que vous utilisez votre Smartphone.

 

Comment se manifeste-t-elle ?

 

Similaire à la Ténosynovite de De Quervain, la textonite engendre des douleurs particulièrement aiguës à la base du pouce. L’irritation du tendon est surtout ressentie lorsque vous le fléchissez vers la paume de votre main. Les douleurs peuvent être suivies de picotements ou d’un gonflement. Ces derniers peuvent causer des gênes quant à l’utilisation de vos doigts pour prendre quelques choses. Pour diagnostiquer cette inflammation, il est nécessaire de réaliser des examens. Vous pouvez être amené à faire une radio ou une échographie pour le détecter.

 

Comment prévenir et traiter la textonite ?

 

Pour éviter la tendinite due au texto, il est conseillé de limiter vos envoies de messages ou votre temps de jeux sur votre Smartphone. Pensez à faire une pause de temps en temps tout en décontractant vos mains. Vous pouvez poser le téléphone sur une table, et alterner vos doigts. L’utilisation d’une application de reconnaissance vocale est également envisageable. Si vous remarquez déjà les signes de la textonite, vous pouvez appliquer un anti-inflammatoire, un antidouleur ou juste un peu de glace sur vos doigts. Pour les cas graves, l’intervention d’un chirurgien est parfois nécessaire.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Post Author: Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *