Tout savoir sur les charges sociales patronales

A côté des impôts à payer, l’entreprise a aussi l’obligation de s’acquitter des charges sociales patronales dès lors qu’elle emploie des salariés. Ces cotisations sociales à la charge de l’employeur peuvent selon le type contrat couvrir les cas de maladie, d’accident du travail ou encore de formation professionnelle. Pour en savoir plus sur les charges sociales patronales, consultez cet article.

Les composantes des charges sociales patronales

Les charges sociales peuvent couvrir différents types de prestation au profit de l’employé. S’agissant de la cotisation d’assurance maladie, elle est calculée sur le salaire brut au taux de 12.84%. A cette charge vient s’ajouter la cotisation solidarité autonomie qui se chiffre à 0.3% du salaire brut. En somme la cotisation d’assurance maladie revient à 13.14%. A côté de cette couverture, nous avons l’allocation familiale qui se chiffre à 3.45% dans le cas où le salaire ne fait pas 1.6 fois le SMIC. 

Lorsque que le salaire dépasse la limite précitée, le taux applicable sera de 5.25%. Pour ce qui est de la cotisation d’accident du travail et de maladies professionnelles, le taux fluctue en fonction de l’activité. Pour la contribution au fonds de financement, le taux est fixé à 0.016%. Pour tout savoir sur les charges sociales patronales, n’hésitez pas de vous rapprocher de votre conseiller fiscal.

Autres informations utiles

Les charges patronales peuvent constituer des informations de gestion. Elles permettent d’apprécier le coût total du salarié. En comparant le coût total du salarié en fonction de son rendement, le manager peut prendre certaines décisions pour optimiser la rentabilité de son entreprise. Avant de procéder à un éventuel plan de recrutement, les dirigeants de l’entreprise peuvent procéder à des simulations. Cela leur permettra de mieux prévoir les coûts et d’évaluer l’incidence financière du recrutement. En dehors de cela, les simulations permettent de prévenir le déficit de ressource. Lorsque vous projetez de payer un montant x au courant d’une période ou les rentrées d’argent sont jugées faibles, l’entreprise pourra anticiper la situation.

Auteur de l’article : Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *