Alliance de fleurs

Bien connue en maraîchage pour préserver les légumes des nuisibles, la technique d’association des plantes est tout aussi bénéfique au jardin d’ornement. Que la démarche vise un rendu purement esthétique ou qu’elle soit conduite dans un but d’entraide mutuelles des fleurs, le résultat en est toujours une valorisation dont il est dommage de se priver.

Dès les premiers beaux jours, quoi de plus enthousiasmant que d’assister à l’éclosion d’une profusion de couleurs mêlées à une abondance de formes ?

Mariages de beauté

Bisannuelles, vivaces ou bulbes, un grand nombre de plantes se marieront entre elles pour former massifs, parterres ou potées du plus bel effet.

Un massif à la note champêtre alliera, par exemple, des pieds de monnaie du pape en arrière-plan avec des pavots d’Islande aux grandes fleurs multicolores, des myosotis de belle hauteur, des giroflées d’un jaune lumineux et, en bordure, des pensées de couleur orange alternant avec des myosotis de petites tailles qui souligneront l’ensemble avec fraîcheur.

Si les tulipes plantées en mélange peuvent tout à fait se suffire à elles-mêmes, elles peuvent aussi être superbement mises en valeur par une alliance avec des myosotis couvre-sols, qui par leur légèreté de port, en feront ressortir l’aspect majestueux.

Durant l’été, une composition de massif réussie réunira des fleurs de hautes tailles avec des vivaces de moyennes et petites tailles. Campanule, valériane, grande marguerite, mauve ou kniphofia, toutes de belle taille, créeront la structure d’un massif où achillées, anthémis, gaillardes, géraniums ou sauges d’ornement, vivaces de taille moyenne, s’épanouiront avec aise, bordées par des vivaces de petites tailles qui délimiteront l’ensemble joliment.

Mariages de santé

En plus de leurs attributs esthétiques, certaines plantes possèdent les avantageuses propriétés d’éloigner de leurs compagnes les nuisibles qui en sont friands. C’est ainsi que le rosier, première proie des pucerons, bénéficiera de la proximité des œillets d’inde, de la lavande ou encore de la menthe qui, incommodant par leur forte odeur ces nuisibles, les éloigneront des plus précieuses fleurs du jardin.

Les capucines et les tagètes, détestés par la mouche blanche, décourageront cette dernière de coloniser les fleurs et plantes en véranda où elle aime sévir.

Les alliums, aux grosses ombelles sphériques, en plus de s’harmoniser parfaitement avec les rosiers, protègeront ces derniers de l’odïum et de la maladie des tâches noires, le marsonia.

Mariages malheureux

Afin d’éviter la propagation des maladies au jardin, il vaut mieux s’abstenir d’y associer les plantes ciblées par les mêmes parasites.

 C’est ainsi que roses, soucis et asters, tous trois très facilement touchés par l’oïdium, favoriseront, ensemble, la prolifération de cette maladie.

La rose trémière, la menthe, le fushia, l’hémérocalle sont des hôtes de prédilection pour l’une des mêmes espèces de champignons générant la rouille, il est donc peu prudent, si l’on veut les en préserver, de les faire se côtoyer au jardin.

Auteur de l’article : Isabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *